Le radon, c’est quoi ?

Ce gaz, considéré comme la première source de cancer du poumon après le tabagisme selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui est-il?

Le radon est un gaz invisible, sans odeur et sans saveur, qui se produit naturellement dans l’écorce terrestre. Le radon est un produit de la désintégration de l’uranium plus précisément la désintégration nucléaire de l’uranium. Il est unique parce qu’il est le premier produit de désintégration qui soit un gaz et non un solide. 

L’uranium est présent dans plusieurs parties de l’écorce terrestre. Les régions qui sont susceptibles à des niveaux de gaz de radon élevés ont des concentrations appréciables d’uranium dans la terre et des fissures ou des sols poreux par lequel le gaz peut migrer jusqu’à la surface.

Le radon qui s’échappe dans l’air n’est pas un problème, car il est dilué rapidement. Dans les bâtiments, toutefois, le gaz radon peut être piégé, en particulier pendant les mois d’hiver lorsque les portes et les fenêtres sont fermées et la ventilation est à un minimum. Il est difficile de prédire quel bâtiment aura un problème.

Le radon entre dans le bâtiment à travers des fissures dans les planchers et les murs du sous-sol, des ouvertures autour des tuyaux et des services électriques dans le sous-sol, à travers des alimentations d’eau, et à travers des drains de plancher dans le sous-sol. Dans une région avec une haute concentration de radon dans la terre, un bâtiment particulier peut avoir de très hauts niveaux de radon, et un autre bâtiment similaire de l’autre côté de la rue peut avoir de très faibles niveaux.

Il existe plusieurs types de détecteurs disponibles pour détecter le niveau de radon dans un bâtiment. Une cartouche de charbon peut être utilisée pour absorber le radon dans l’air. Il y a des détecteurs avec des attaches chimiques qui utilisent une surface sensible en plastique. Le radon va laisser des traces ou des gravures sur le plastique, qui peuvent être mesurées. Il y a des systèmes de filtrage où l’air est pompé à travers d’un filtre. Il y a aussi des appareils d’échantillons instantanés qui permettent des essais à court terme. Certaines des procédures nécessitent une analyse en laboratoire.

Au Canada, le niveau d’intervention est de 200 becquerels par mètre cube (concentration moyenne annuelle) (1 becquerel=1 désintégration radioactive par seconde). Aux États-Unis, un niveau de radon au-dessus de 4 picocuries/litre apporte une recommandation de mesures correctives. (1 picocurie = 37 désintégrations radioactives par seconde.) On recommande de faire les tests sur une durée longue pour le radon dans un bâtiment, parce que la concentration du radon peut varier à différents moments de la journée et pendant les saisons de l’année. Les essais en hiver sont généralement considérés plus fiables que les essais en été.

Il existe plusieurs techniques pour abaisser le radon dans les maisons. Par exemple, le scellement des fissures à la fondation ainsi qu'à la dalle de plancher réduisent l’entrée du radon dans la maison. La pressurisation des sous-sols et des vides sanitaires avec l’ajout de tuyaux en-dessous du plancher du sous-sol pour emmener le radon loin de la maison, sont également des mesures reconnues. Des directives sont disponibles à partir de The Environmental Protection Agency (aux États-Unis) et de Santé Canada, Santé de l’environnement et du milieu de travail.

Pour toutes questions, n'hésitez pas à contacter nos experts au 418-832-9090.